Sunday, May 15, 2022

Hilula 8 Av Rabbi Shimon Agassi

 

Rabbanite Rachel Baher & son Ezra Tzion / Rabbi Shimon Agassi 

Website / Sefarim + Bnei aharon (on shaar HaGuilgulim of Arizal Haqadoch) / Daily Zohar

“Commençant la prière avec les Zémirot matinales (chants liturgiques) et la conclure en dansant.”

 

Dansant à l'aéroport -- Rav Eliezer Berland shlit"a

Le Chizzuk quotidien avec notre Rebbe Rav Eliezer Berland Shlit”a – “Commençant la prière avec les Zémirot matinales (chants liturgiques) et la conclure en dansant.”

Mardi, 9 Iyar 5782 – prit du shiur dont le Rav donna aux étudiants du Kollel “Shuvu Banim – Vieille Ville” le 3 Iyar.

Voici ces saints mots:

Le Zohar dit que nous commençons la prière avec les Zémirot matinales et [ensuite] de danser après la prière.

Si non, la prière ne monte pas dans les hauteurs – elle n'accomplit rien.

La prière, Rabbeinu dit (Likutey Moharan 42): “Il a vu leur détresse en écoutant leur Rinah (cri/chant)” (Tehilin 106:44).

Si non, il n'y aucune Shechinah (Divine Présence).  La Shechinah est cachée de la prière.

Rashi dit, “en écoutant leur Rinah” – c'est le chant et la prière dans les synagogues.  Chants et louanges – seulement à travers les chants et louanges la prière monte dans les hauteurs. 

Nous chantons la prière, chante là avec mélodie. La choses principale est de chanter avec mélodie, de la chanter, de chanter chaque mot, de chanter chaque lettre. 

Il y avait Rabbi Hirsch de Nemirov qui lisait la prière entière de cette façon et ne s'arrêtait pas pour même une seconde.


Liluy Nishmas Rabbanite Fortunée Cahn a''h (7 Iyar 5782 - Aix-les-Bains)


— “Les femmes n'ont pas péché dans le désert.”

Le Chizzuk quotidien de notre Rebbe Rav Eliezer Berland shlit”a — “Les femmes n'ont pas péché dans le désert.”

Jeudi, 11 Iyar 5782

Voici ses saints mots:

Aucune femme n'ont péché dans le désert,  aucune femme — ni le péché du Veau d'Or, ni celui des espions.

Il y'avait 10 tests, 10 péchés, mais les femmes n'ont pas péché. Les femmes sont allées avec le  the Tzaddik.  Pour elles, ce n'était pas un problème.

[Korach dit:] Moshe reste un imposteur.  Moshe est un sorcier.  “Pourquoi vous exaltez-vous sur la congrégation d'Hashem?” (Bamidbar 16:3) — soudainement, le sol s'ouvrit et eux tous furent engloutis.

Mais pour les femmes, ce n'était pas un problème.  Les femmes savaient que Moshe était le Tzaddik, suivant Moshe à travers feu et eau. Moshe a ouvert la mer. Il amena les 10 plaies.

Korach dit, “Je peux aussi faire descendre la Torah des Cieux. Quel est le problème? Je m’élèverai aux cieux et ferai également descendre la Torah.”

Moshe s’éleva aux Cieux. Pourquoi s'éleva-t-il vers les Cieux? Parce que chacun pria, a traversé la mer. Voici, Datan et Aviram — la mer s'est ouverte pour eux.  Datan et Aviram…


Liluy Nishmas Rabbanite Fortunée Cahn a''h (7 Iyar 5782 - Aix-les-Bains)


Thursday, May 12, 2022

28 Av hiluka Binyamin HaTzaddik

 

Prayer for Binyamin HaTzaddik

(Bava Batra 11a)

Ribono Shel Olam – Master of the World, Who can do anything, in the merit of Binyamin HaTzaddik who sustained a woman and her seven sons in a year of drought, and in the merit of this You added 22 years to his life, and he merited to drawn salvation to all the Jewish people, as it is written, “Truth will sprout from the earth, and righteousness will peer from the Heavens,” because “the upper heights will drip righteousness” – ”even the heavens will drip dew,” and [he] merited to “the fruit of the tzaddik is the Tree of Life and a wise man acquires souls,” because through tzedaka (charity), we raise up multitudes of souls from the lowest hell and below it, to the highest levels, until Atik Yomin (the Ancient of Days) and Adam Kadmon, and this is what is said of Devorah the prophetess – “between HaRamah and Beit El,” that she merited to the level of “HaRamah” (245) = Adam Kadmon (245), like Shmuel HaNavi, about whom it is said “he would return to Ramah, because his home was there,” because Shmuel HaNavi, from the day that he was born, already merited to “Ramah” (245) – to immediately be included in Adam Kadmon (245), and through this he merited to return all the Jewish people in repentance, and in the merit of this, he merited to return all the cities which the Philistines had taken, to return them anew to the rock from which they were hewn.

Tombe de Binyamin HaTzaddik après le feu  (Photo: Dovrot HaMishtara)

Peiné par le feu qui sévèrement endommagea la tombe de Binyamin HaTzaddik proche de Kfar Saba, Rav Eliezer Berland shlit”a a écrit une prière à dire à sa Sainte Tombe :

(Bava Batra 11a)

Ribono Shel Olam – Maître du Monde, Qui peut tout faire, par le mérite de Binyamin HaTzaddik qui soutena une femme et ses sept enfants dans une année de sécheresse, et par ce mérite Tu ajoutas 22 années à sa vie, et il mérita d'apporter le salut à tout le Peuple Juif,  comme c'est écrit, “La vérité germera de la terre, et la droiture regardera des Cieux,” car “les hauteurs supérieurs déverseront la justice” – ”même les Cieux déverseront la rosée,” et [il] mérita de “le fruit du tzaddik est l'Arbre de Vie et un homme sage acquiert les âmes,” parce qu'à travers la (charité), nous élevons des multitudes d'âmes des profondeurs de l'enfer et d'en-dessous, aux plus hauts niveaux, jusqu'à Atik Yomin (L'Ancien des Jours) et d'Adam Kadmon, et c'est ce qui est dit de Devorah la prophétesse – “au milieu de HaRamah et Beit El,” qu'elle méritait le niveau de “HaRamah” (245) = Adam Kadmon (245), comme Shmuel HaNavi, à propos de qui c'est dit “il retournait à Ramah, parce que sa maison était la-bas,” parce que Shmuel HaNavi, du jour qu'il était né, déjà mérita “Ramah” (245) – d'être immédiatement inclus dans Adam Kadmon (245), et à travers ceci il mérita de retourner tout le peuple Juif en repentance, et par le mérite de cela, il mérita de retourner toutes les villes que les Philistins avaient prises, de les retourner de nouveau au rocher par lesquelles elles étaient taillées.

Wednesday, May 11, 2022

10 Iyar Hilula Eli HaCohen

 



Sur les Actes de Bonté — Avodah de Bonté et Charité

 


Sur les Actes de Bonté — Avodah de Bonté et Charité


Les plus grands étudiants de Rav Berland dans des histoires émouvantes à propose du travail charitable et de Chesed du Rav

Pourquoi un important Rosh Yeshiva de Ponevitch aida à collecter de l'argent pour le Rav Berland

Une chavruta de 12 heures de Chesed

Qui cira les chaussures des étudiants de la Yeshivat Kfar Hasidim?

Pourquoi la porte de la maison du Rav à Bnei Brak n'avaitbpas de serrure

Qu'est ce que le conducteur de taxi de Bnei Brak raconta

Et plus…


Rassembler de la Tzedaka (Charité) sur une chaussure

Rosh Yeshivat Maguinei Aretz, Rav Michael Gol raconte:  “Plusieurs années auparavant, nous entrâmes dans le hall de Torah de la yeshivat  Ponevitch avec le but de récolter de l'argent pour le mariage de la fille de Rav Berland.  À notre étonnement, un des importants Rosh Yeshivas, en entendant de qui nous étions en train de rassembler de l'argent, arrêta son étude et nous acompagna en encourageant les nombreux étudiants de la yeshiva et kollel à donner généreusement, et ainsi, en l'honneur de ce Rosh Yeshiva, leurs cœurs s'ouvrirent et les contributions se multiplitèrent.  Après que le Rosh Yeshiva soit satisfait, il nous expliqua la raison pour laquelle il s'enrola pour le but de la collecte de fonds du mariage de la fille de Rav Berland:

“Plusieurs années auparavant, un étudiant de kollel, un important érudit en Torah ici à Bnei Brak était pris par de nombreuses dettes et par une très difficile situation, et Rav Berland, qui était un jeune étudiant de kollel parmi les étudiants de la yeshiva, sortit en une campagne de collecte de fonds dans toutes les rues de la ville avec self-sacrifice.  Je l'acompagna,  et sur le chemin.  Il ramassa [la chaussure] et continua de marcher pendant des heures pied nu au grand soleil jusqu'à qu'il réussisse dans la collecte d'une somme substantielle. Je vis qu'est ce qu'une bonté pour son prochain. J'étais étonné de la grandeur de l'âme de  Rav Lazer Berland, et par conséquent ce n'est pas étonnant que je soit sorti de mon chemin quand vous êtes arrivé  pour rassembler de l'argent pour lui…”


La Torah de Bonté – 12 heures pour une autre personne

Un important érudit en Torah aujourd'hui chez Breslev raconte que lors de sa jeunesse, malgré qu'il soit un fils d'un Chasid Breslev, néanmoins, il n'avait pas encore acquis un niveau convenable d'étude jusqu'à après que Rav Berland une fois s'assit avec lui dans la Yeshiva Breslev à Bnei Brak plusieurs heures et lui raconta l'histoire complète de Rabbi Yisrael Ber Odessa se rapprochant de Breslev et le renforça dans le domaine de Rabbeinu HaKadosh en regard de l'étude.  Quand il exprima à Rav Berland son problème dans la compréhension de son étude et d'être sans une  chavruta (partenaire d'étude), le Rav lui dit que depuis aujourd’hui il serait sa chavruta et ainsi pour au moins une demi-année, le Rav apprenait  avec lui en chavruta chaque jour environ 12 heures!  Quand au milieu de la journée le jeune allait déjeuner, le Rav restait à la yeshiva et après continuait avec lui.  Seulement par ce mérite, le jeune devint un important érudit en Torah et en Avodah (service de Hashem).

De même, Rav Nachman Horowitz raconte à propos d'un autre érudit en Torah et Chasid Breslev qui personnellement lui relata comment Rav Berland mamash le plaça sur son pied. Ce fût après qu'il était mamash faible dans son étude et presque tomba du monde de la Torah complètement. Au cours d'un mois entier, Rav Berland apprit avec lui chaque jour pendant plusieurs heures.


Les autres besoins physiques  d'une personne est la spiritualité  – Bonté  avec son corps, cirer les chaussures

Les actes de bonté de notre Rebbe Rav Berland shlit”a commençait déjà  dans ses années de jeunesse. Rav Nachman Horowitz raconte à “Hitchadshut” qu'il entendit des amis de Rav  Berland qui apprenaient ensemble avec lui à Kfar Hasidim, que le Rav était accoutumé chaque  Motzshei Shabbat (Samedi soir) de cirer et nettoyer toutes les chaussures de tous les étudiants de la Yeshiva de ce fait elles seraient propre pour toute la semaine.


Hospitalité des invités

Après que notre Rebbe Rav Berland commença son travail de rapprochement, sa maison se transforma en un logement avec le Rav et la Rabbanite amenant à  leur maison tous les étudiants de la Yeshiva et tous types de personnes en besoin de chizzuk (renforcement), tout en nettoyant leurs affaires et prenant soin de leurs nourritures.  Tout ceci était en dépit de l'encombrement de la maison,  et tout ceci avec un bon sentiment et chaleur. Plus d'une fois, la Rabbanite et ses enfants sortirent pour chercher des matelas pour les invités… et la nuit la maison entière était remplie de matelas.

Rav Nachman Horowitz relate également que la porte de la maison du Rav à Bnei Brak n'avait pas de cylindre et serrure qui fermaient la porte – une maison d'hospitalité pour chaque personne dans le besoin. C'était à un tel point qu'une fois quand quelqu'un venait à  la maison du Rav pour aller avec lui au champ, le Rav lui disait qu'il ne pouvait pas car dans chaque chambre de leur maison plusieurs personnes étaient en train de dormir à ce moment!


Amener le pauvre à votre maison

Rav Nachman Horowitz raconte au nom de  Rav Nissim Gweta une autre histoire incroyable de bonté, dont ce dernier entendit  d'un témoin – un conducteur de taxi. Il y avait un conducteur de taxi à Yavneh qui fréquemment prenait notre Rebbe Rav Berland au champ.  Une fois, en retournant d'hitbodedut tard dans la nuit, le Rav demanda au taxi de voyager  en direction de la station central de bus de Tel Aviv.  Quand ils arrivèrent la-bas ils virent une personne saoule sur le sol avec des vêtements sales… À l'étonnement du taxi, le Rav réveilla la personne et l'amena au taxi, et de cette façon ils allèrent à la maison du Rav.  Là-bas le Rav Berland prit soin de lui pendant plusieurs mois, le rehabilitant et  s'occupa lui-même de tous ses besoins, et après le mariage même.


Rav Berland dort sur le sol

Un étudiant de kollel raconte une histoire qui donne une petite lueur de la grandeur de l'hospitalité  inhabituel de notre Rebbe Rav Berland et de la Rabbanite.  Une fois ce kollelman  vint à Bnei Brak dans les heures du soir pour un nombre de raisons, et dans sa préparation pour retourner à Jérusalem, il comprit qu'il était tard pour le bus final.  En ces jours, Il n'y avait pas d'autre possibilité pour voyager à Jérusalem.  Connaissant Rav Berland, décida de marcher à sa maison, et ainsi  le Rav le reçut chaleureusement, le nourrit, et lui donna un lit pour dormir.  Quand il se réveilla, il était étonné de voir le Rav dormir sur le sol.


Il distribuait largement au destitué - de la bonté avec son argent

L'avodah de la Tzedaka de notre Rebbe Rav Berland suscite l'étonnement, acquérant une qualité insondable. Bien sûr, également cette  avodah commença déjà dans ses jeunes années en yeshiva de Kfar Hasidim.  En ces jours, Il apportait un gâteau et autres et coupait un morceau pour lui-même et le reste il le distribuait aux autres. (Que relatait le Gaon Rav Aharon Golovenditz zt”l, qui étudia à Kfar Hasidim avec le Rav shlit”a).


Rachat de crédit

Il y avait des étudiants de kollel qui relatait à Rav Berland qu'il passait le Shabbat chez son beau-père du fait que son portefeuille était vide, et il ne pouvait pas faite Shabbat chez lui. Le Rav essaya d'amener une somme d'argent, mais il refusa de l'accepter. À sa surprise,  un instant plus tard  il reçut un coup de téléphone  de l'épicerie proche de chez lui, l'informant qu'il avait un crédit d'achat de 2,000 NIS, que quelqu'un donna pour lui …


L'introduction du Steipler

La majorité du revenu qu'il recevait du kollel, Rav Berland le distribuait à la Tzedaka déjà avant qu'il atteigne la maison, quand il voyait des pauvres,  débiteurs, etc. À cause de ceci, le Steipler (Rav Yaakov Yisrael Kanievsky zt”l) commanda que les revenus soit directement apporté à Rabbanite tlit”a, de ce fait elle aurait une subsistance pour la maison.


Tzedaka sur le compte des dents

Il y'avait une période que notre Rebbe Rav Berland était dans le besoin pour sa bouche complète, quelque chose qui coûte une fortune.  Toutefois, c'était reporté pour une raison: chaque fois que le montant d'argent s'accumulait, le Rav l'offrait directement à tous types de pauvres et personnes qui étaient proche de lui, et c'était en dépit de la grande souffrance des maux de dents dont le Rav traversa ensuite... 


Liluy Nishmat Rabbanite Rebbetzin Fortunée Cahn a''h (7 Iyar 5782 / Aix-les-Bains)

Monday, May 9, 2022

La raison de l'Holocauste

La raison de l'Holocause fût car les gens ne connaissaient pas le Tzaddik – Daily Chizzuk avec R’ Eliezer Berland Shlit”a

Le Chizzuk quotidien de notre Rebbe Rav Eliezer Berland shlit”a – “Rabbeinu expie pour toutes les incarnations”

Lundi, 8 Iyar 5782, pris du shiur pour les résidents de Rishon LeTsion au 1er Iyar.

Ceux-ci sont ses saints mots:

“Donc, spécifiquement Dan est la tribu la plus précieuse.  Il retournait tous les objets perdus.
Car toute l'affaire du Tzaddik est de retourner tous les objets.  Le Rebbe dit, “Je peux [retourner] tous les objets perdus; je peux soigner tous les malades du monde.”    

L'unique raison qu'il y'ait eu un Holocauste est parce qu'ils ne connaissaient pas qui était le Tzaddik.  Si dix personnes avaient récité trois Tikkun HaKlalis, il n'y aurait eu aucun Holocauste du tout!

Rabbeinu expie pour toutes les iniquités dans le monde, de toutes incarnations du [temps d'] Adam HaRishon.”

“Il amena son offrande – un bol d'argent – son poids de 130” (Bamidbar 7:19) [est dit] à propos du péché d'Adam HaRishon.

Ici dans la Parashat Naso, ils apportent un bol d'argent.  “Ka’arah – bol” is 770, “Kesef – argent” est 160 = 930, et un autre 130 années de “130 en poids” quand Adam HaRishon fût  séparé [de sa femme] – pour expier toutes les  130 années dont les étincelles sortirent d'Adam HaRishon en vain – de ces étincelles tous les démons et esprits [mauvais] furent créés.

Chaque étincelle qui sortit d'Adam HaRishon est 400 million démons; [ceux-là] créèrent démons et esprits sans fin.  De là toutes les afflictions dans le monde.

Donc nous avons besoin de nous concentrer en disant “Un bol d'argent – son poids 130” – [sur] Adam HaRishon, toutes ses 130 années – pour expier pour les 130 années, “son poids 130.”


Liluy Nishmat Rabbanite Rebbetzin Fortunée Cahn a''h (7 Iyar 5782 / Aix-les-Bains)